RESISTANCE DANS LE TARN

Les polonais dans la résistance du TARN  .  Dans le bassin houiller d ALBI - CARMAUX

 (Ce site est fait en mémoire de mes trois oncles résistants polonais et mineurs de fond,sur Carmaux, Zapora Antoine , Magiera Stanislas , Przybylski Jean et de ma tante Lucie Kostka résistante ).( Un livre vient de sortir 304 pages septembre 2016 " La Résistance polonaise dans le Tarn". Vendu 20 Euros. Me contacter. 06..07..28..53..82..)

 
 le bassin houiller du tarn.
 
Dans les années 1944, la communauté polonaise est trés importante,sur le TARN , Blaye les mines , Cagnac les mines , Carmaux  et St Benoit de Carmaux.
On dénombre à plus de 5971 polonais, sur le TARN et AVEYRON  en 1945 (ZJ P16) .
 
Aprés la guerre de 1914-1918 , les effectifs des mineurs  sur ALBI et CARMAUX ,chute de plus de 30 %. et la production charbonniere baisse egalement  de 32 %.
Cette communauté polonaise, pour la majorité, est arrivée dans les années 1920, en France.
L'objectif est de relancer l'economie Française. Des accords entre la france et la pologne, vont permettre à cette population polonaise de pouvoir venir en France ,travailler dans les bassins houillers. 
On estime à plus de 450 000 polonais la populaton déplacée de la pologne vers l Allemagne,puis la france. 
Une majorite de cette population se déplacera en 1920 vers les regions Nord-Pas de calais et Est de la France ( les principaux gisements de houilles) puis quelques années plus tard vers des régions centre ( Hte LOIRE ,SAONE et LOIRE ...) et sud de la france .(TARN ,AVEYRON, GARD ...)
Ce bassin houiller  du TARN  comprenait deux sites : celui de Carmaux et celui d Albi.
 
En janvier 1944 .
 
Il y avait 5139 personnes employées par les sociétes minieres d ALBI et de CARMAUX  : 3175 mineurs de fond , 1341 personnes au jour .
Le quart de ces ouvriers était des étrangers .
Les polonais constituaient l essentiel de la population d immigrés à Cagnac les mines (2200 sur 2341 ) et à Blaye les mines (901 sur 1307 ) .
Sur Carmaux la population est de 80 habitants d origine polonaise , sur ST Benoit de Carmaux on dénombre 175 polonais.
 l annexion des territoires polonais par l allemagne dans les années 1920 , puis  l invasion de la pologne par l Allemagne le 1er septembre 1939 et.enfin   l invasion de la zone libre en novembre 1942  par l armée Allemande .
Ont insité  beaucoup de polonais  à rentrer en résistance  , dans ce bassin houiller.
 
Cette population va donc constituer ,une réserve de résitants importante dans ce bassin houiller
.A partir de novembre 1942 débutera  l organisation de résistants polonais dans le TARN ,par petit groupe sur Blaye les mines et sur Cagnac les mines : réunion clandestine ,diffusion de tracts ........
, .
 En 1941
Dans le tarn des polonais de leurs propres initatives avaient déja commencé à agir .
Parmi ces pioners , C Lipniki  mineur de fond à Cagnac arreté le 1 er juillet 1941 
et W Tyrek ( boucher a cagnac ) arrêté le 08 septembre 1941 pour activité  résistante ,.
 
Devant cette situation la direction de  la MOI  (Mains d oeuvres immigrées ) délégua à Carmaux  en 1942 R Larysk qui fut hébergé ,chez la famillle Przenioslo .
R Larsyk parvient à réunir fin 1942 et début 1943 un groupe de résistants qui commencera, les  premiéres réunions des  militants polonais : W Hamerlak ,S Laskawiek (Boleslaw Tajchmam ) W Buraczewski ,M Bozek ,J Wolicki ,J Cichon ,I Misicki ,F Luszowski ,  P Zawodny et 3 menbres de la famille Przenioslo Stephan Anna et joseph.
- W Hamerlak devient responsable politique.
- S Laskawiek responsable de l organisation du triangle sur Blaye les mines ( les bruyeres et abeillé ) et Cagnac les mines (cité des Homps ).
- S Przesnioslo responsable technique de l organisation ( imprimerie clandestine ).
 
Un premier triangle de militants fut formé à Cagnac:  W Buraczewski , J Wojciechowski ,J Michalski.
C est dans la maison  des Przenioslo , au Capalou à Combes Creuses (Blaye) que  fut caché le matériel d impression clandestin venu de LYON .
M Malek s occupa de l impression .
Les journaux et  les tracts étaient remis à Tabaka pour Carmaux ,à Wolicki et Cichon pour Blaye les mines (les Bruyéres ,et l Abeillé ), puis plus tard à Przybylski  jean et Kostka lucie  . Buraczewski pour les triangles de Cagnac.La plupart des tracts étaient distribués dans les douches des mines et au fonds de la mine dans les galeries .
Toute cette activité n etait pas sans conséquence puisque ,
 
- le 15 janvier 1942  l arrestation de  S Glusinski  mineur retraité de Cagnac.
- le 6 juillet 1942 arrestation de 6 résistants polonais :T Sobon, J Struzinski, B Lorensky,  S Krzeninski ,T Skupien ,Sedrzejonski ,sur les communes de Cagnac et Blaye.
- le 17 aout 1942 fut arrêté 3 résistants sur Cagnac les mines ,Kowaliczko ,Mozala,,Rogolski .  .
 
 

En 1943 .

L organisation de la résistance polonaise au 2éme trimestre 1943 était la suivante : W Hamerlak  était responsable de l organisation politique, puis plustard de fut ,Stanislas Laskawiec   , Antoni  Kostka devint responsable de l organisation de masse ( O.P.O  ,comité d aide à la patrie ) ,et Stephan  Preznioslo était responsable technique.

C est au cours de l année 1943 que les résistants polonais se lancèrent dans la lutte armée .

Les premiers vols d explosifs furent commis dans plusieurs poudriéres du tarn ,mais surtout sur celle du puits de Sainte MARIE où des stocks importants d explosifs seront derobés.

C est pour effectuer ces opérations que furent créer les premiers groupes de FTP MOI .

Fin 1943 il existait 2 groupes de combat   à Cagnac les mines , 2 au bruyeres( Blaye ) et 2 à l abeillé ( Blaye ) en tout 25 FTP légaux .

Dans la nuit du 10 au 11 novembre ,2 sabotages furent executés au garric sur  la ligne de chemin de fer , d Albi-Carmaux ,et un poste de transformation électrique fut détruit a Lintin (le garric ) .Ce sont deux  résistants  de la 35 éme brigade MOI venus de Toulouse qui executèrent  un officier allemand à Albi le 7 novembre 1943 (suite à cet acte ,un couvre feu fut imposé à Albi la nuit , cet acte qui ne faisait pas l unanimité au sein des resistants polonais .......car des represailles étaient possible contre la population civile.)

Au cours de l année 1943 devant l importance de ces mouvements, furent envoyés sur Carmaux des responsables de la MOI.( S Lozinska , W Tylec, S Malkow, I Andrezejewski ,J ilasiewicz.) qui avaient pour mission de développer ces groupes ainsi que le type d action .

       Suite aux réunions faites par ces responsables les  résitants polonais eurent pour but de recruter à leur  tour des nouveaux sympathisants .Chaque résistant avait pour mission de recruter 3 ou 4 agents de confiance . Suite à ces directives les résistants polonais avaient pour but de développer leurs groupe. C  est sous  l impulsion de ce mot d ordre O.P.O.( Comité d aide à la patrie ) que de nombreux polonais rejoignirent le groupe :.Sonka, Kot, Sawrula , Zak, Tabaka et sa femme , les frères Wladyslaw ,Baran , A  Zapora ............

  1) A  ZAPORA  ,2) ZABA , 3)TABACZYNSKY J, 4) H NORKOWSKI ,5 )BANAS ............

                .
En avril 1944 la répréssion qui suit ces actes de sabotages ,amenèrent de nombreuses arrestations sur Carmaux Blaye et Cagnac .
Stanislas Laskawiec un des responsables fut arrêté à Toulouse ,en février 1944,et emprisonné à la prison ST Michel .
(dont il s évada en juillet 1944 , alors que des exécutions avaient commencé à la prison St Michel fin juillet 1944 ,un détenu réussi a désarmer un garde la nuit et permis l évasion d une vingtaine de détenus ......). 
Durant l arrestation de Stanislaw Laskawiec, c est
Stephan  Przesnioslo qui prit provisoirement la  fonction de responsable.
 En février  1944  les responsables de la direction envoyèrent sur carmaux deux  responsables chevronnés :
- R PIETROWSKI (maurice) pour assurer et prendre en charge l organisation des groupe de combat. FTP MOI .
- S Banasik (mietek ) segondé pour les questions politiques par S Przenioslo .
C est  à l Abeillé ( Blaye les mines ) chez Przybylski jean ,  qu avaient lieu des réunions de préparation des opérations .
Pendant un certain temps sa maison  est devenue un lieu d'accueil pour des réunions des partisans polonais F.T.P , sous la directive du commandant pseudonyme « Maurice » ainsi que d'autres résistants  du bureau central  de Lyon, comme pseudonyme « Jerzy », pseudonyme « Mietek », pseudonyme « Kazik », pseudonyme « Teresa », pseudonyme « Karolina ». En plus, avant chaque action de diversion il y avait chez przybylski J des réunions des partisans polonais F.T.P.MOI. De la section « Maurice».
 
Le 4 avril  1944 .
Stephan Przenioslo fut arrêté pour impréssion et diffusion de tracts et emprisonné à la prison Saint Michel à Toulouse .il put s évader du "train fantôme " ou "train de la mort "et rejoindre la résistance,.
Son frère Przenioslo  joseph.fut également arrêté .
 
 
Mais  le matériel (impréssion de tract ) ne fut pas trouvé .( caché prés du puit ) au Capalou (Blaye ) .il fut récuperé par Antoni Kostka et caché chez Przybylski Jean (a l  abeillé N°2 ) qui le conserva jusqu à la fin de la guerre., Une partie du matériel fut également caché chez W KRAWCZKY.

Aprés la répréssion policiére ,Les armes , les munitions  et  l explosif ,également cachés à Blaye chez la Famille Przenioslo furent récupérés par Pietrowski Roman et cachés à Blaye (l Abeillé ) et à Cagnac.

Aussitôt aprés ces arrestations, les FTP MOI de Cagnac ,( W Buraczewski, B Zyskowski, A Komoda, S Kluzo, C Podjyski, SJarzadek....) et de Blaye (R Pietrowski ,A Kostka ,J szymanski J Mazur ,W krawczyk ,J Madej....... ) continuèrent leurs activités afin de montrer à la police qu elle avait arrété des innocents.

 
A partir de fin avril 1944 commenca une nouvelle forme de résistance ,qui avait pour but de faire rallier à la résistance des soldats allemands d origine: russe, géorgiens ,kazaque .....enrolés de force dans l armée Allemande (appelés Vlassofs ).
Les troupes d occupation du sud ouest de la france étaient constituées de Vlassofs , seul les officiers et sous officiers étaient d origine allemande.
D après le témoignage d un géorgien  Vakhtan Sekhniachvili ," il faisait partie d un équipage de  tank soviétique en juillet 1942 en Ukraine  et a été capturé à l issue de la bataille , pour arriver finalement  vers la mi-juillet 1944 à Castres , puis à Carmaux en Aôut 1944." PT
Une premiére vague de désertion commenca en juillet 1944( lors de la gréve insurectionelle des mineurs de carmaux ) ou 47 soldats Vlassofs ( légion Turkestan, Russes ... ) quittèrent l armée allemande ,dont un medecin militaire Bektaev.
Les allemands n ayant plus confiance aux Vlassofs ( russes et Turkestans ) .les remplacèrent par des Géorgiens .
 Les désertions continuèrent et furent trés importantes, sur la garnison de Carmaux où le 4 Aôut 101 géorgiens rejoignirent , les rangs de la résistance, juste avant la libération de Carmaux le 15 aôut 1944.
Ces défections eurent d importantes répercussions : les Allemands  n ayant plus confiance dans les menbres des légion du Turkestan (juillet 1944),les désarmérent et les remplacérent par des Géorgiens .(août 1944) venu de Castres.
La désertions d une centaine de Géorgiens dans les premiers jours d août 1944 ,sur Carmaux  dissipa les dernieres illusions du commandement allemand sur la fidélité des unités Vlassofs .
 

En mai 1944

C est un premier groupe de 7 hommes dont  Roman Pietrowski  "Maurice" ( fin mars 1944 ) ,qui constitua les tout début du maquis polonais , prés de Mirandol-Bourgnougnac, proche de la vallée du Viaur région tres vallonées et boisés.Rejoint début mai par 5 nouveaux résistants polonais .

  • Ce sont les  arrestations de avril 1944 sur Carmaux et Toulouse ou des menbres  de la MOI, seront arrétés,  qui pousseront les résistants polonais à prendre le maquis .
  • Ce groupe    d une quizaine de  résistants polonais  va constituer le début de la 4214 cie FTP MOI  dans le maquis . en mai 1944
  • Commandé par Roman PIETROWSKI un chef expérimenté arrivé en février 1944 sur Carmaux .
Le 12 juin 1944

En fin de soirée ,un groupe de resistants du groupe "Vendome" et des éléments de la MOI , participent à l attaque  tres bien organisée de la prison de Gaillac  , qui permet la libératon de 43 détenus politiques , sans aucune perte . Deux  camions , aménent dans la nuit les 43 détenus liberés  prés de  Mirandol à la ferme de Lauriol, ou sera crée la 4206 cie FTP.

 
Du 13 au 20 juillet 1944
Dans le bassin minier du TARN .une gréve générale inssurectionnelle menée par le syndical illégal des mineurs de Carmaux et soutenue par les maquis FTP F et FTP MOI .
fut déclenchée à Carmaux.
Pour les alllemands la surprise fut totale et fit se profiler les  prémices d une possible libération de la ville .
le 12 juillet 1944.
La 4214 cie FTP MOI occupa la ville de Mirandol- Bourgnounac(gros village proche des gorges du viaur ) à 15 kilométres au nord de Carmaux .Dans une lettre, adréssé au préfet du Tarn, le directeur des PTT dénoncait les dégradations commises , par des bandes armées dans le bureau de poste de Mirandol :" les fils téléphoniques y avaient été sectionnés et les portraits du Maréchal Pétain et du président Laval y avaient été enlevés" .
 
 le 13 juillet 1944
Plusieurs compagnies FTP F et des éléments de la compagnie FTP MOI dirigés par R Pietrowski "maurice" prirent position autour des puits de mines de la" Tronquié ", "la Grillatié " et "Ste Marie "  des combats eurent lieu entre résistants et forces d occuppation .
Un résistant polonais,W  KRAWCZYK qui avait pris la parole , fut arrêté aprés la dispersion du cortége .Son corps fut retrouvé quelques jours plus tard  à demi enterré dans un terril.
les journéés du 16 et 17 juillet 
 les actions  de désagrégation des forces d occupation portèrent leurs fruits puisque 47 vlassofs déserteurs de l armée allemande rejoignirent les rangs de la résistance.
Apres cette gréve de nombreux resistants  polonais rejoignirent les rangs du maquis polonais sur le canton de Mirandol Bougnougnac, nord du TARN . 
 Le bilan pour les résistants polonais est de deux mort " JAKUBOWSKI ANDRE " tué le 17 juillet 1944 .et Matezuk Stanislas .
Fin juillet 1944 les effectifs de la 4214 cie FTP MOI passe a plus de  80 résistants polonais .
 
La fin de la gréve insurrectionnelle.
 
La majorité des revendications syndicales fut acceptée ,par la direction des houilléres .les mineurs cessérent leur mouvement de gréve .
les résistants polonais ainsi que des compagnies FTPF quittérent la ville de carmaux , par manque de munitions et ne purent obtenir les renforts demandés.
 
cette greve insurectionnelle montra qu' une libération de la ville était possible ,
Mais pour cela  un commandement unifié de l ensemble des forces de la résistance , était nécessaire......
 
Apres cette gréve de nombreux résistants  polonais rejoignirent les rangs du maquis polonais sur le canton de Mirandol Bourgnougnac, nord du TARN . 
Fin juillet 1944 les éffectifs de la 4214 cie FTP MOI passe a plus de  80 résistants polonais .
 
Le 4 août 1944
 
Aprés ces évenements les résistants polonais ,continuérent leur travail de désagrégation de l armée allemande.le 4 aout 1944 plus de 101 vlassofs avec  leurs armes et de nombreuses minutions  rejoignirent les rangs de la résistance polonaise.en ayant fait prisonnier 7 allemands.Les désertions  continuérent et furent trés importantes, sur la garnison de Carmaux où les Vlassofs rejoignirent les rangs de la résistance, juste avant la libération de Carmaux le 15 aôut 1944.
.
 
Les  allemands devant la gravité de la situation réagirent.
 
 
le 6 août 1944 une forte colonne allemande (15 camions , tractant 3 canons de 40 mn ) se diriga vers Mirandol Bourgnounac.Dirigée par un officier allemand de la felgendarmerie  venu de Toulouse.
les résistants polonais ( plus de 90 au total ) ainsi que les unités wlassofs  déserteurs (soit 148 déserteurs wlassofs au total ) qui étaient  cantonnés dans le village de Jouqueviel ,  subirent un violente attaque allemande.
Sous le commandement du capitaine  Roman Pietrowski " maurice" , un groupe de résistants bien armés vont constituer le dernier point de défense ,dans une maison du village  ( Hotel Cayre ) .Afin de fixer l attaque allemande et dans le but de permettre au  groupe de résistants et de civils de fuir dans la vallée .
L attitude héroique et le courage de Roman Pietrowski et de ces hommes aura permis de sauver de nombreuses vies humaines .
 Mais ,aprés 3 heures de combat le bilan est trés lourd .....
29 victimes : dont 8 civils et 21 résistants. ( 3 fermes incendiées et de nombreuses maisons pillées ).
( 11 Polonais et un Espagnol de la 4214 cie FTP MOI , 2 résistants de la 4206 cie FTP F et  7 vlassofs (russes et géorgiens ) .
 
résistants tués à Jouqueviel :
  • cap    Pietrowski Roman
  • lieut   Szymanski Joseph
  • sgt     Walas Edmond
  • sgt     Mazur Jan
  • cap chef Majzner Wiktor
  •                Bartowiak Ludwik 
  •                Capelna Paco
  •                Praski Kazimierz
  •                Skirus  Czeslaw
  •                komoda Antoine
  •                Lenartowiez Wadek
  •                Smola Antoine
  •                Conzales Elviro           4206 cie FTPF
  •                Puech dit "TARTARIN" 4206 cie FTPF 
  •                Dabaoula Alexandre (Tabagoua )
  •                Hodzoula Alexandre
  •                Obolaze Georges  (georgien)
  •                Gavarlenko P  
  •                    Hatachvili S          (georgien)
  •                Cekwachvili C      (georgien)
  •                Dingachvili Ivane  (georgien)
 
Les huit Civils mort à Jouqueviel :Astruc Casimir,Cayre Marius ,Dalet Melanie ,Ginestet Justin , Ginestet Charles , Moulhon Jules , Trouche Jean , Wiatec Paul  .
Aprés cette attaque, la compagnie a été reorganisée ,c est Laskawiec Stanilas qui pendra le commandement de la 4214 cie FTP MOI.
Sous le commandement de Laskawiec et Burawczweski la compagnie se regroupe sur le versant aveyronnais  des gerorges du VIAUR  à Planéze .
De nombreux volontaires polonais ,de Cagnac et de Blaye vont venir renforcer ,cette compagnie et augmenter  le  nombre de résistants polonais .
 
Village de Jouqueviel
 
le 15 Août 1944
Une attaque commune de l ensemble des forces de la résistance est organisée pour libérer Carmaux .En fin de journée la ville est enfin liberée , aprés plusieurs combats.
A l école de la "croix haute" ou se  sont rassemblées l ensemble des troupes  allemandes .
Aprés avoir fait explosé le portail avec une bombe " Gramont" ,l école est pris d assaut .
la garnison Allemande se rend  et Carmaux et enfin libérée.
Du 16 Août au 18 Aout
Des combats meurtriers vont continuer sur la commune du Garric ,
ville située sur la nationale  N 88 entre Carmaux libéré et Albi encore occupé par des allemands , et sur la commune de Blaye .
Sur la commune du Garric le bilan des pertes s éleve a 2 tués dans les rangs des résistants polonais :  Adamski Stanislas et Stalmasinki Edouard .
.
Le 19 Août 1944 
 
 Après plusieurs attaques de garnisons Allemande par la résistance .Les allemands quittent la ville d Albi , dans la précipitation.
 En quittant Albi sur la route de Castres au lieu dit " Mousquette" , la colonne Allemande est attaqué par plusieurs avions de chasse anglais .( la colonne est entièrement détruite , certains allemands finiront la route à pied jusqu a Castres ....)
Des éléments de la 4214 cie FTP MOI participeront aux combats dans  la ville d ALBI qui sera la 2 éme ville du Tarn  libérée aprés Carmaux .
pour les résistants polonais le bilan s éléve a :
2 bléssés - Mrzyk Joseph
                - Bielasky Czeslaw
 et un tué - Babinszki Czeslaw 18 ans .(Archives du Tarn ).
 
 
le 21 Août 1944
 Alors que Albi est deja liberé , un forte colonne allemande , 1500 hommes environ , et 160 véhicules (régiment de la FLAK et d autres unités ....)qui quittent Toulouse  pour remonter vers la  vallée du Rhône ,est accrochés a plusieurs reprises dans le Tarn .
A Villeneuve sur vére, village situé  entre Cordes et ALBI cette forte collone est accrochée par la 4214 cie FTP MOI au carrefour de la route de Cordes , Carmaux , ALBI.
de violents combats s engagent entre les  87 résistants polonais et les forces allemandes  qui durent environ une heure .
 
Pour les résistants polonais le bilan est lourd .( 7 Tués )
 
    -Zyskowski Boleslaw (pére)
-Zyskowski Boleslaw (fils )
-Nowaski  Michel
-Kosiolek Henri
-Klosowski Thadeusz
-Styrna Thadeusz
-Adamski Stanislas
 
le 22 août 1944
Cette forte colonne allemande , réussira à traverser Albi , aprés un violent combat sur le pont Neuf d Albi (pont de la libération ). 
Lors de la traversé d Albi  avenue de "DEMBOURG"  cette colonne sera attaquée par un avion de chasse venu de Toulouse . 
cette colonne mettra plus de  4 heures pour traverser ALBI .aprés plusieurs combats dans les rues d ALBI.
A la sortie d ALBI en direction de Castres, 2 avions de chasse attaquent à nouveau la colonne allemande à 8 km d Albi .
Le soir du 22 août albi est libérée.
 
 
le 23 août 1944
La colonne sera accrochée à nouveau au pont de la Mouline ,par le corps francs de la montagne Noire, entre le département du Tarn et de l Hérault ,prés Murat sur vébre , qui sera le dernier combat entre des forces d occupation allemande et les forces de la résistance dans le TARN .
 
 
Au total 185  resistants polonais feront partie des forces de la resistance dans le TARN .
 
 
 
 
.
 .
 
Cette unité une fois dissous à la libération , beaucoup de polonais reprirent leurs travails de mineur sur le bassin d Albi Carmaux
Les documents utilisés pour la rédaction de cette page sont  la thése Gorges Sentis et la biographie de Przybylski Jean mineur de fond et résitant a la 4214 cie FTP MOI et le livre de Jan Zamojski.
 

La majorité des résistants polonais étaient affectée à la 4214 cie FTP MOI ,(Carmaux ), on retrouve 15 résistants polonais dans la 4205 cie FTPF,( Carmaux ) plusieurs resistants polonais dans la 4215 cie FTPF ( Aveyron ,Aubin ,Cransac) , et une vingtaine de resistants polonais ,dans le groupe Stalingrad.( Carmaux )......

La ville de CARMAUX sera une dés premiére ville libérée du sud de la france , dés le 15 Aout  1944 . Elle sera  décorée de la croix de guerre, le 8 juin 1952 , par le président de la republique Vincent AURIOL ,

 Dans l ouest du departement du TARN sont également présent des maquis avec des résistants d origine polonaise .

"La forêt de Grésigne abritait un maquis pendant l'occupation allemande lors de la Seconde Guerre mondiale. Ce maquis international, commandé par Karl Matiszyk, était constitué de résistants essentiellement Francais , polonais et espagnols ,qui appartenait au groupe" Vendome ."

Dans le sud du repartement  du TARN ,quelques résistants Polonais appartenaient au corps Franc de le Montagne Noire.(Mazamet )

Le Bilan est de un tué :

 - GEMBAROWSKI Simon  21 ans , tué le 20 juillet 1944 ,au camp de  "la Galaube".                          

 Pour la création de cette page, les documents consultés sont : la Thése de Georges Sentis, Les Archives  Départementales du Tarn  ( ALBI ) et la Biographie de Przybylski Jean ,mineur de fond et résistant de la 4214 cie FTP MOI  , les Archives  de la ville de Carmaux.

 

 

 

 

visites